Une bonne lame ne sert pas seulement en cuisine…

img_0767
Il y a 10 jours avait lieu à Tokyo le salon « Daitokenichi »(大刀剣市), rendez-vous de tous les acheteurs de « katana » (sabres) et poignards japonais, venus du monde entier. Pour la passion d’un client New-Yorkais, je suis donc sorti de mon domaine habituel de la gastronomie pour une rencontre dans celui des arts martiaux, l’iaido en particulier, c’est-a-dire l’art (ou la voie) du maniement du sabre japonais (dégainer, frapper, rengainer).

Je rendis donc visite à un affuteur (« togishi ») dans le quartier de Asakusabashi. A ma surprise, loin d’entrer dans une forge garnie d’outils, je pénétrai dans une pièce unique où le maître artisan travaille pieds nus, sur une estrade en bois. Ses clients sont en général des collectionneurs qui dégotent des armes rouillées, des praticiens du budo qui viennent entretenir leur katana, ou bien des acquéreurs de nouvelles lames venus les aiguiser.

L’accueil de l’étranger (à double titre, puisque ce n’est pas mon monde) est chaleureux, et la démonstration de son art, essentiellement manuel, utilisant une multitude de pierres choisies parmi 8 catégories, évidemment fascinante. A vous faire aimer les sabres!

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s