Verre à saké

Il y a de nombreuses années, je me souviens avoir vu de la vaisselle de verre de Perse et d’Asie occidentale dans le Trésor du Shosoin, soigneusement conservée depuis que Nara était la capitale du Japon, et le terminus de la Route de la Soie. Tsuji Seimei (1927-2008) était potier, et aussi grand collectionneur (depuis l’âge de 5 ans). Le Musée Suntory (Tokyo) expose en ce moment partie de sa belle collection, récemment acquise, pour encore quelques jours. La production de vaisselle en verre ne commença au Japon qu’au XVIIème siècle, sous l’influence du verre européen importé. Les artisans japonais développèrent ensuite des talents exceptionnels (obtenant une chaleur et un satin particuliers, d’après Tsuji Seimei). Le verre soufflé se développa d’abord sans doute près de Nagasaki, alors le seul port ouvert au commerce avec l’étranger. Reposant sur d’autres techniques, le verre taillé naquit plus tard, au XIXème siècle, à Edo et Satsuma (aujourd’hui Kagoshima). Tsuji Seimei avait une préférence pour le verre incolore et transparent, qui révèle l’expertise des artisans japonais à faire étinceler leur matière première, tout en conservant ce toucher satiné…et la pauvreté de mon talent de photographe.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s