La grue s’est envolée

IMGP0920 (1)

Ils étaient la dernière sakagura (maison de saké) de Shimosuwa onsen (Préfecture de Nagano). Le 22 avril 2017, Hishitomo Jouzou a déposé son bilan. Pour tous les amateurs de saké, et tous ceux qui aiment Shimosuwa, c’est une mauvaise nouvelle. C’est un choc pour moi.

Il faut dire que je visitai la maison régulièrement, apportant des visiteurs avec moi. J’appréciai non seulement l’atmosphère du kura, mais aussi leurs produits, à la marque “Mikotsuru”, d’après un rêve du fondateur, celui d’une splendide grue à crête rouge volant au-dessus du Lac Suwa et apportant la paix de manière surnaturelle. Mes papilles gardent un précieux souvenir de leur Junmai Ginjo à base de Kinmonnishiki en particulier, un sakamai rare (riz à saké, issu d’un croisement entre le Yamadanishiki et le Takanenishiki) cultivé à une altitude relativement élevée à Nagano, ou de l’original “Alliet Pafum 2012”, qui avait passé quelques mois en fût, succédant à un vin de pinot noir. La jeune équipe chargée de la production et des ventes nous a toujours accueilli avec bienveillance dans leur monde. Ce doit être dur pour chacun d’entre eux.

Leur monde, c’est également la rue commerçante de Shimozuwa onsen, dont trop de volets métalliques sont baissés déjà. Une maison de saké est toujours un point d’animation dans une ville ou un village: un panache de vapeur s’élevant au-dessus des toits tous les matins de fin octobre à mars, un sakabayashi fraîchement assemblé (boule de branchettes de cèdre) accroché au tournant de l’année lorsque le premier saké de la saison est mis sur le marché, ainsi que la fête du kura lorsque la production s’arrête avec le printemps.

La grue japonaise, l’emblème de la marque, est un symbole de la longévité, mais n’a pas pu faire de miracle dans ce qui reste un marché difficile malgré les signes positifs d’un renouveau du saké de qualité.

Symbole de fierté pour les résidents locaux, une sakagura est également au cœur d’un système économique, offrant des emplois à l’échelle locale et un débouché pour les agriculteurs qui produisent le riz, les laboratoires cultivant levures et moisissures, les fabricants de machines et de bouteilles, des services de logistique, des distributeurs. Fondée en 1912, la société avait déjà connu une phase de restructuration financière en 2004. Alors que rien n’est éternel, espérons que la grue peut être un phénix, et que nous verrons une résurrection de Mikotsuru, la marque Shimosuwa Onsen.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s