Wa – Harmonie

“Wa” est l’une des valeurs clés dans la psyché japonaise. Chacun essaie de comprendre et prendre en compte les points de vue, opinions et contraintes des autres parties prenantes, afin que le groupe puisse agir de manière efficace sans accrocs.

Cette valeur a clairement été au cœur des communautés rurales depuis que la culture du riz a été introduite au Japon. De fait, non seulement un travail d’équipe est nécessaire pour transformer les vallées et forêts en rizières, mais la culture du riz elle-même est un effort collectif. Tous les agriculteurs d’une vallée partagent la même eau d’irrigation. Cette eau provient en général de plus en haut dans la montagne, et est distribuée par un réseau élaboré de canaux entretenus ensemble.

Mai était la saison du repiquage du riz dans le Kanto. Il n’y a qu’une seule récolte par an au Japon, à l’exception d’Okinawa. Vers la fin d’avril, les semences de riz (grains) sont trempées dans l’eau et plantées sur de grands plateaux recouverts d’un mince substrat de sol, et laissées germer dans une pépinière (une serre) sous le soleil de printemps, non loin de la rizière, jusqu’à ce que les semis atteignent une hauteur d’environ 15 cm.

Pendant ce temps, les rizières sont inondées et labourées. Ces semis (appelés “Nae” en japonais) sont alors repiqués dans les rizières, par 2 ou 3, en rangées et en colonnes formant un motif de grille. La distance entre les semis dépend d’un certain nombre de facteurs (variété de riz, ensoleillement, etc.). La plupart des agriculteurs (une population vieillissante) utilisent maintenant des tracteurs pour des raisons évidentes, mais il y a chaque année un nombre croissant d’événements organisés à travers le pays où des équipes se rassemblent pour planter le riz «à l’ancienne ».

Au Japon, j’ai toujours vu les lignes de participants planter devant eux, tout en avançant à travers la rizière « vierge » vers l’autre bord. En conséquence, chacun a moins de contrôle visuel sur la «qualité» des rangées de semis qu’il crée derrière lui (un problème possible lors de la récolte avec un tracteur), et met son pied profondément dans la boue, jusqu’ à la cheville ou le genou, juste à côté des semis qu’il vient de repiquer.

Je crois savoir que dans d’autres pays (le Vietnam, par exemple), les planteurs marchent a reculons, plantant devant eux, avec un meilleur contrôle visuel du résultat et sans marcher sur leur travail récent. Dans le même temps, ils doivent placer les semis dans leurs traces, une surface devenue très inégale. Les photographies anciennes du Japon suggèrent que la méthode était courante ici aussi!

Par la loi, les maisons de saké, comme toutes les autres entreprises, se sont vues interdire de cultiver du riz après la guerre, et, par conséquence, elles ont été gardées à distance de leur matière première depuis des décennies, achetant auprès de coopératives d’agriculteurs individuels. Cela a entraîné une différence majeure avec la culture du vin, où le vigneron cultive ses propres vignes. Le système juridique a cependant évolué, les maisons peuvent désormais contracter directement avec les agriculteurs, ou même cultiver leur propre riz. Naturellement, elles se sont mises à produire des événements de repiquage du riz, une excellente façon de créer, tout en harmonie, une connexion forte avec les clients et les fans, et de connecter les clients comme les employés à la précieuse matière première qu’est le riz à saké.

Kidoizumi shuzou (Département de Chiba) et leur équipe formidable, une de mes destinations très fréquentées près de Tokyo, louent des rizières et plantent du riz dans une belle petite vallée, près de leur Kura, pour la deuxième année consécutive. La journée était humide pour dire le moins, et les images illustrent quelques étapes du déroulement: tremper les plaques de semis pour éliminer le premier sol, repiquer. Si le repiquage est un travail très physique, l’accompagnement de la croissance des plants à partir de là ne l’est pas moins … à moins d’utiliser engrais et autres produits chimiques pour lutter contre les insectes nuisibles et la mauvaise herbe. Les mauvaises habitudes sont difficiles à perdre, et ce travail acharné est certainement l’une des raisons pour lesquelles le développement du riz organique est limité au Japon (la population agricole vieillit …). Une autre raison nous ramène cependant à la nature collective du secteur. Parce que tout le monde partage la même eau et que les rizières sont situées les unes à côté des autres, il est assez difficile de convaincre les inspecteurs qu’aucune trace de produits chimiques ne pourra être trouvée dans son champ, à moins que personne à la ronde n’utilise un quelconque produit chimique.

Concrètement, nous avons repiqué une rizière qui est la première à recevoir l’eau du bassin de rétention situé juste au-dessus. Cela aide, mais il est peu probable que ce soit suffisant. Le riz de Kidoizumi ne sera donc pas étiqueté «organique», mais sera en fait «quasi-organique». Beaucoup de ce riz «quasi-organique» est labélisé «Shizenmai» (riz nature). Je crois que le développement du saké à base de riz quasi-organique est une des tendances de fond dans l’industrie, et je suis impatient de déguster l’année prochaine ce saké Kidoizumi élaboré avec ce riz si particulier pour moi, en harmonie avec la nature.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s